dimanche 10 juin 2012

UNE SI "BELLE" HISTOIRE : 125 ANS DE CHEERLEADING



Les dimanches de grand-messe du football américain, les amateurs de ce sport immensément populaire se réunissent par dizaines de milliers dans des stades somptueux, pour pratiquer leur "religion". Leur ferveur est ardente et elle suit un rituel sacré durant les cérémonies d'avant-match ... C'est ainsi que, par exemple, les partisans des Jets et des Giants de New York tiennent leur "tailgate party" à l'ombre d'un gigantesque palace qui a coûté 1,4 MILLIARD de $$$. Ouf !!! Crise économique ou pas, il ne manque pas d'argent pour construire ces stades colossaux, véritables cathédrales des temps modernes ! On fait la fête, avant les parties, en s'empiffrant des aliments les plus gras (ailes de poulet, gigots de toutes sortes, saucisses, charcuteries, bacon, burgers arrosés de sauces piquantes) et de boissons riches en calories (boissons gazeuses, bière, boissons énergétiques). Pas surprenant que le nombre de personnes obèses ou malades du diabète ait explosé au pays de l'oncle Sam...



Si les mordus de football américain débourseront de gros montants d'argent pour acclamer leurs dieux du stade, ils garderont également un oeil sur les ravissantes cheerleaders qui animent et embellissent le spectacle sur les lignes de côté. Malgré les apparences physiques et le gouffre salarial qui les séparent, ces jolies filles bien roulées partagent des traits communs avec les mastodontes qui se disputent rudement la victoire sur le terrain. Comme ces gladiateurs contemporains, ces gracieuses athlètes doivent être en grande forme et consentir leur effort maximum lorsqu'elles donnent leur performance devant des assistances survoltées. Certains mouvements de leurs chorégraphies ressemblent étrangement aux gestes des footballeurs. Ainsi, le "kick", une figure de base des meneuses de claques (photos ci-dessus) rappelle la "mécanique" des bottés d'envoi, de dégagement ou de placement qu'effectuent les botteurs durant les joutes. Pour accéder aux ligues professionnelles, les pom-pom girls doivent bien réussir ces "kicks". La hauteur, l'ampleur, la prestance, la souplesse, la force et la rapidité avec lesquelles elles exécutent cette manoeuvre sont déterminantes si elles veulent être au moins considérées pour l'un des rares postes offerts par les équipes de sport qui engagent des cheerleaders. C'est un pré-requis qui doit être possédé à la perfection, comme bien d'autres éléments de gymnastique qui font parties des routines bien coordonnées qu'elles doivent maîtriser avec précision.



On a tort de considérer uniquement ces animatrices de foule comme des gagnantes de concours de beauté, choisies surtout à cause de leur côté "sexy". La vérité c'est qu'elles sont aussi des athlètes à part entière. Qui parmi vous peut lever la jambe aussi haut que ces superbes acrobates ?! Il n'est pas donné à tout le monde de pouvoir danser et se déhancher avec tant d'agilité et de souplesse ! Pour y arriver, ces jeunes femmes doivent s'entraîner sérieusement et durement pendant des heures, chaque semaine. C'est comme ça depuis les années 1960. C'est à cette époque que le cheerleading est pratiquement devenu une discipline sportive. Mais beaucoup de gens ont toujours refusé de le reconnaître comme un "vrai" sport. Aujourd'hui on examine la possibilité de l'intégrer aux Jeux Olympiques, dans les compétitions de gymnastique. Plusieurs sauts et manoeuvres "aériennes" du cheerleading sont périlleuses et risqués. Il y a beaucoup de blessures chez les adeptes de ce sport "extrême".



Saviez-vous que le cheerleading existe depuis 125 ans ? Seriez-vous surpris d'apprendre que, jusqu'à la deuxième guerre mondiale, ces si jolies Pom-Pom Girls étaient... des HOMMES ?! Leur tâche consistait surtout à hurler dans un porte-voix pour encourager l'équipe et soulever la foule. Dans les années 1920 (la photo ci-dessus date de 1922 et a été prise à Lafayette, University of Louisiana), il y avait bien quelques représentantes du sexe féminin chez les cheerleaders, mais elles ressemblaient davantage à des clowns ! Leur uniforme cachait tout, sauf leur visage ! Un contraste énorme avec le mini-costume des meneuses de claques d'aujourd'hui, qui ne voile pas grand chose !



Mais il ne faut pas se méprendre non plus... En 1938, la première "squad" féminine de l'Université de l'Ohio (ci-dessus) était terriblement "sexy" pour l'époque. Leurs tenues, avec la jupe en bas du genou, laissant voir leurs jambes et leurs mollets, étaient pas mal "osées" et provoquaient des réactions fortes chez les spectateurs et leurs confrères cheerleaders masculins...



Au début des années 1960, quand les Pom-Pom girls des Colts de Baltimore (ci-dessus) montreront leurs cuisses, elles causeront également un choc dans les estrades... En 1972, avec leurs fameuses tenues de cowgirls, les célèbres meneuses de claques des Cowboys de Dallas, seront parfaites au point de ne pas avoir à changer beaucoup leur uniforme jusqu'à nos jours. L'histoire du cheerleading reflète l'évolution de la mode et des moeurs de la société américaine. Sur des photos de cheerleaders posant devant des stades durant les années quarante et cinquante, on constate que l'Amérique était encore passablement rurale... En ces temps-là, pas de rutilants palaces milliardaires au milieu de mégalopoles où vivent des multitudes. Rien que des gradins rudimentaires autour de terrains situés en pleins champs !



En analysant ces images, ce qui ressort également, c'est la spectaculaire transformation morphologique de la femme américaine. Les "canons" ou l'idéal de la beauté du corps féminin ont bien changé au fil des décennies ! La libération de la femme, la révolution sexuelle et l'hyper obsession actuelle d'être à tout prix "sexy" et ce, à un âge de plus en plus précoce, ont entraîné la "miniaturisation" des costumes pour exposer davantage de... peau ! Au grand plaisir des hommes ! Si l'amateur de football apprécie les belles passes "en spirale" des quarts-arrières, ils se régalent tout autant des belles "courbes" dans les corsages ou les petites culottes de ces filles "super hot" !

Vers la fin des années 1960, mais surtout autour du milieu de la décennie '70, l'intégration progressive des cheerleaders de "couleur", issues des minorités "visibles", a marqué une autre étape de l'épanouissement de la société américaine. La sophistication des pratiques du cheerleading dans l'écrin fantastique des immenses stades de sports a contribué à faire de ces hauts lieux des vitrines exposant les plus beaux atours de l'Amérique au monde entier...

L'épopée des 125 ans du cheerleading : captivant, émouvant, sublime ! Pour plus de détails, consultez les archives de mon blog FOOTBALL MANIA AVEC HACKSAW.

http://footballmaniaavechacksaw.blogspot.com/

Aucun commentaire: