lundi 30 janvier 2012

REGARDS EN PLONGÉE SUR DÉCOLLETÉS PLONGEANTS...


Le rapport des femmes à la beauté et à l'image de soi est d'une extraordinaire complexité. Une complexité toute faite de subtilités et de paradoxes. Tant et tellement que les hommes ont bien du mal à comprendre l'autre sexe, qui est de moins en moins le sexe "faible". L'émancipation de la femme a encore compliqué les choses pour ces messieurs. Ils sont perdus, ils ne savent plus comment aborder la gent féminine ni comment décoder ou prévoir leurs comportements. Le plus délicat c'est peut-être la première étape, c'est-à-dire, quel premier regard poser sur elles ? Évidemment, la façon de regarder la femme varie selon les pays, les cultures, les moeurs, les religions, le lieu (rue, église, discothèque, tapis rouge à Hollywood, etc). Cela dépend aussi de son propre regard à elle. Est-il fuyant, absent, engageant ou indifférent ? L'habillement, l'esthétique corporelle, et la manière dont elles se présentent influenceront également ce premier coup d'oeil lancé vers elles par les représentants du sexe masculin. Mais les hommes sont restés fondamentalement des "chasseurs" depuis la nuit des temps, et leur instinct primitif à l'égard du sexe opposé n'a pas si évolué que le laissent supposer nos sociétés modernes. L'image de la femme "trophée de chasse" n'est jamais trop loin de leurs pensées...



Dans les sociétés où le "paraître" est plus important que "l'être" (où bien des gens se prennent pour des "stars"), où les moeurs sexuelles sont plus libres, le regard masculin est davantage sollicité par des femmes d'apparence plus "sexy". Il y a quelques années, une étude scientifique allemande a révélé que c'est la poitrine de ces dames que les hommes "reluquent" en premier (47%). Dans 33% des cas, les yeux des gars visent d'abord les hanches et la taille. Enfin, le visage retenait préalablement l'attention des autres 20% des personnes interrogées. L'an dernier, une recherche scientifique internationale menée dans sept pays (France, Danemark, Pays-Bas, Brésil, Espagne, Angleterre, États-Unis) en est venue à des conclusions différentes. En montrant une photo de jeune femme sexy à 210 participants (105 femmes et 105 hommes) pendant 20 secondes, on suivait leurs yeux avec la technologie "eye tracking". Et c'est le visage de la jeune femme que les participants observaient en priorité. Les participantes à l'étude privilégiaient les yeux tandis que leurs pendants masculins fixaient davantage les lèvres sur l'image de la fille sexy. Donc, autant de variables et de méthodologies différentes donnent des résultats non identiques. Là où les deux analyses se rejoignent, c'est sur la variable "temps". Le regard des hommes qui ont servi de sujets dans ces deux recherches s'attardait plus longtemps sur les seins de la femme.



Au Québec, même s'il ne s'agit pas d'un cas étudié scientifiquement, l'expérience des panneaux publicitaires mettant en évidence la plantureuse poitrine de la chanteuse Marie-Chantal Toupin (photo) a été très concluante pour la principale intéressée. Ironiquement, sur ces panneaux placés à des endroits stratégiques le long des autoroutes, la jolie jeune femme, qui est aussi mannequin à ses heures, invitait les gens à la regarder droit dans les yeux. Ce coup publicitaire fumant a véritablement lancé sa carrière de chanteuse. Et ce, de manière assez fulgurante ! On ne sait pas si ces illustrations géantes ont distrait les automobilistes et provoqué des accidents de circulation ! Est-ce que cette audace a choqué les observateurs ? Mon sentiment c'est que cette initiative a certes piqué leur curiosité et "soulevé" leur intérêt, mais qu'elle a plutôt été vue et jugée avec humour, avec un sourire...



Pourquoi les hommes sont-ils si attirés ou stimulés sexuellement par les seins de femmes "bien roulées" ? Ce serait à cause d'un vieux réflexe hérité de leurs ancêtres pré-historiques qui associaient la poitrine des "femelles" à la fertilité, donc à la capacité de se reproduire favorablement. Une autre étude allemande menée il y a quelques temps par Dr Karen Weatherby, tendait à démontrer que les hommes, qui regardent quotidiennement pendant au moins dix minutes la poitrine des femmes, peuvent prolonger leur vie jusqu'à cinq ans de plus ! Quelle bonne nouvelle ! Pas de doute, cette activité fort louable stimule son homme, active la circulation sanguine, fait battre le coeur plus vite, et équivaut à un exercice physique "sain". Elle aide à prévenir les meurtrières maladies cardio-vasculaires en fouettant le sang et en attisant le désir sexuel. Oui, le désir sexuel est bon pour la santé !



Mais, de leur côté, comment les femmes "reçoivent-elles" ces regards masculins insistants dans leur décolleté ? Ça dépend de leurs intentions, de leur caractère, des circonstances et de celui qui les "mange" des yeux... Alors, toutes les réactions deviennent possibles. Elles pourront être flattées, gênées, dégoûtées, mal à l'aise. Ou bien elles souriront, se montreront peut-être disposées à entrer en contact avec leur "admirateur". Ou bien, au contraire, elles seront fâchées, ou jugeront impoli et indiscret le regard trop "pesant" de cet intrus mal éduqué, impoli ou vicieux. Dans ce dernier cas, ça pourrait même se terminer par une gifle en plein visage de l'effronté. Les mâles répliqueront que si la femme fait un véritable étalage de ses seins, ou si elles vous les balancent quasiment en pleine face, vous n'avez pratiquement pas le choix de les regarder... C'est un peu comme le marché, c'est le jeu de l'offre et de la demande...



Il est intéressant et drôle d'étudier le jugement des femmes à l'égard de leurs consoeurs qui aiment adopter une allure provocante et sexy. Les plus féministes les dénonceront en criant à la "femme-objet" et elles protesteront du fait que les hommes "machos" veulent réduire le corps féminin en un assemblage de morceaux de viande que l'on peut consommer ! Dans la recherche internationale (enquête dans sept pays), les participantes, après avoir observé la photo de la jeune femme provocante, ont jugé, en général, qu'elle est "commune et vulgaire". Pendant que les hommes, eux, concluaient qu'elle est "attirante et sexy".


Au chapitre des différences entre participants des divers pays étudiés, notons que ce sont les Français et les Danois qui se sont attardés le plus sur la poitrine (d'ailleurs imposante) de la fille sur la photo. Et, fait également notoire, les Françaises ont été les championnes sur ce plan (durée du regard sur les seins presque aussi longue que celle de leurs compatriotes français), parmi les 105 participantes. Les Anglaises, elles, se sont classées au dernier rang dans cette catégorie, mais elles étaient celles qui arrêtaient le plus leur vision sur la bague que portait la jeune femme sur le cliché ! Intéressant ! On dit que la population compte environ 15% d'homosexuels et de lesbiennes. Il est donc possible que des femmes aient un attrait sexuel pour le buste de leurs semblables. Mais elles s'intéressent aussi à cette partie du corps des autres femmes, probablement par curiosité, pour se comparer avec elles, ou en être jalouses quand elles se rendent compte que ces compétitrices potentielles sont plus populaires auprès des hommes à cause de la beauté de leurs attributs féminins.



Pour les femmes qui accordent une importance démesurée à la beauté plastique, chez celles pour qui le regard des hommes sur elles les rassure quant à leur beauté et leur pouvoir de séduction, chez celles pour qui cela est primordial pour leur confiance en soi et leur bien-être, tout risque de s'affaisser dans leur vie si, malgré les interventions chirurgicales, le poids des années détériore leur apparence physique. Les hommes aiment les femmes jeunes, minces et fermes. Le désir ou l'amour présent dans leur regard se reflète dans les yeux de leurs compagnes et il les rend plus rayonnante et plus belle dans tout leur corps. Privée de cette étincelle dans le regard de l'admirateur ou de l'amoureux, la vie de ces femmes vieillisantes, à la beauté déclinante, risque de devenir triste et malheureuse parce qu'elle a toujours été basée sur du superficiel et de l'éphémère... Ce sont des victimes de la mode ou des stéréotypes autant masculins que féminins du "prêt à porter", "prêt à jeter"...

Aucun commentaire: